# 8 – 13 avril 2014

Contre le réalisme

Lisant encore et toujours Annie Le Brun, je suis tombé sur un des éclats de pensée et d’acuité dont elle est coutumière, et qui me suffira pour parler des vertus « critiques » du roman d’Édouard Louis :

« Le choix réaliste implique toujours l’acquiescement au monde tel qu’il est. Comme si le cadre existant – ou le cadrage – ne pouvait être remis en question et comme si les éventuels changements devaient se limiter à la permutation des éléments existants. À cet égard, toute entreprise réaliste, même dissidente, est garante de l’ordre. »

C’est dans Les Châteaux de la subversion, il va sans dire que je vous invite à le lire. En bonus, je vous mets plus bas une vidéo de cette grande dame, spécialiste incontestable de Sade et de Jarry, entre autres, qui dit toujours des choses stimulantes et parle à l’intelligence de chacun : 

http://www.ina.fr/video/CPB88012391